blog-post

Soigner de manière alternative ? Et pourquoi pas !

Les thérapies alternatives (aussi appelées médecine non conventionnelle) regroupent plusieurs centaines de pratiques thérapeutiques dont l’efficacité n’est pas scientifiquement démontrée. Elles se distinguent ainsi de la médecine traditionnelle fondée sur l'observation scientifique, appelée « médecine conventionnelle ». Si pour certains l'efficacité de ces thérapies alternatives relève principalement de l'effet placebo, elles sont pourtant de plus en plus plébiscitées tant elles ont permis à certaines personnes de soulager leurs douleurs. 
Les médecines non conventionnelles gagnent ainsi tous les jours en popularité et  recherchent de plus en plus de professionnels qualifiés.
Parmi les thérapies alternatives qui connaissent un grand succès, certaines nécessitent un certain apprentissage  :
 
L’aromathérapie est l’utilisation d’essences aromatiques tirées de plantes (aussi appelées huiles essentielles) à des fins thérapeutiques. De plus en plus étudiée par les scientifiques notamment dans le cadre de la pharmacognosie (science appliquée traitant des matières premières et des substances à potentialité médicamenteuse d’origine biologique ou minérale), qui apporte des preuves aux propriétés des huiles essentielles, elle peut maintenant être pratiquée selon les principes de la médecine factuelle par les professionnels de santé.
Les huiles essentielles peuvent être utilisées sous différentes formes en fonction de leur nature, de leur dosage et de l’effet recherché :
  • par diffusion atmosphérique : grâce à un diffuseur, les essences embaument toute la pièce. Cette méthode est toutefois déconseillée aux personnes souffrant de problèmes respiratoires (comme l’asthme par exemple) ;
  • par inhalation : il faut s’installer au-dessus d’un bol d’eau chaude contenant quelques gouttes du produit, avec un essuie sur la tête. Ainsi, la personne profite des vapeurs. Il est également possible de proposer une inhalation sèche en déposant quelques gouttes sur un tissu comme un mouchoir et de le respirer ;
  • par voie transcutanée : les essences doivent être mélangées à une huile végétale de massage, une cire, un onguent, une crème ou un lait corporel, car l’application pure est limitée à un très petit nombre de produits ;
  • par voie orale : il s’agit de la technique la plus efficace, mais aussi celle pour laquelle il faut prendre l eplus de précautions. En effet, bon nombre d’huiles essentielles peuvent se réveler toxiques, si elles sont mal utilisées.
Cette thérapie peut soigner toute sorte de maux comme le stress, l’hypertension, la dépression, etc. Les huiles essentielles ont des vertus anti-infectieuses, antibactériennes, anti-inflammatoires, antalgiques, calmantes, etc.
Il faut cependant faire très attention car sans les connaissances requises, l’intoxication est inévitable.
 
La lithothérapie est une thérapie alternative qui soigne par le biais de cristaux (cristal de roche, améthyste, citrine, aigue-marine, rubis, turquoise, etc.). Ceux-ci émettent naturellement une « résonance » ou une « vibration » singulière qui est capable d’améliorer le bien-être de la personne à son contact ou à proximité. Elle a donc une approche holistique, dans laquelle l’esprit et le corps sont indissociables. Cette thérapie existe depuis l’Antiquité.
Chaque pierre a des caractéristiques spécifiques qui permettent de soigner un problème précis. Contre l’angoisse, il est conseillé d’utiliser l’azurite-malachite, contre les cauchemars, l’améthyste, pour la chance, la pierre de lune, etc. Après une utilisation d’un mois environ, les cristaux doivent être purifiés et rechargés selon un processus particulier (une purification dans l’eau de source et une recharge grâce à la lumière du soleil ou de la lune par exemple).
 
La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Il s’agit de la médecine la plus ancienne. Encore massivement utilisée dans de nombreuses régions du monde, cette médecine traditionnelle est reconnue pour son efficacité et le peu d’effets secondaires qu’elle engendre. Utilisée de manière curative ou préventive, elle est efficace quand elle est bien conseillée. En effet, de mauvaises plantes ou de mauvais dosages peuvent mener à l’empoisonnement. Il est donc indispensable de se former avec un professionnel.
Les plantes peuvent ainsi se consommer sous plusieurs formes :
  • en infusion : la plante trempe dans de l’eau chaude (à la manière d’un thé) ;
  • en macération : la plante macère dans de l’eau froide pendant plusieurs heures ou jours ;
  • en décoction : la plante est bouillie pendant cinq à dix minutes, ensuite le liquide est refroidi et filtré ;
  • en teinture mère : la plante séchée repose dans de l’alcool ;
  • en poudre totale : la plante est broyée puis insérée dans une gélule pour faciliter l’ingestion ;
  • en extrait standardisé de plante : le concentré obtenu par évaporation d’un macéré préparé à partir de la plante (l’extrait est comparable au café soluble).

Partager

INSCRIVEZ-VOUS CONTACTEZ-NOUS