blog-post

Une brique dans le ventre : l'immobillier toujours très prisé !

La crise économique a provoqué une perte de confiance dans les banques et de nombreuses personnes leur reprochent une expérience client déficiente et une tarification trop élevée. Les investissements rapportant le plus sont à risque et il n’est pas toujours évident d’en comprendre avec précision les tenants et aboutissants. L’immobilier semble donc une solution plus fiable et plus simple pour faire fructifier son patrimoine.
Mais qu’en est-il réellement ?
 
L’immobilier, une valeur sûre ?
Les performances de l’immobilier restent plus élevées que celles des placements sans risque, livrets ou assurance-vie. Ainsi, au même titre que l’or, la pierre est une excellente valeur refuge. Cependant, l’immobilier est un placement sur le moyen/long terme et il faut en assumer la gestion. La rentabilité d’un bien se calcule en fonction de son prix d’achat et celui du loyer, plus le prix d’achat est élevé, plus la rentabilité sera faible. Certaines personnes pourront acheter un appartement ou un immeuble sans faire d’emprunt, mais la majorité devra en faire un auprès de sa banque. Il faudra donc également tenir compte de ce paramètre lors du calcul de rentabilité. En effet, ce secteur a pour particularité d’être le seul actif dans lequel il est possible d’investir sans disposer de l’intégralité des fonds. Même avec un apport initial faible, l'investissement est envisageable. Il s’agit donc de faire les bons choix.
 
Comment bien investir ?
De nombreuses opérations peuvent être effectuées dans ce secteur, en particulier l’investissement locatif, que ce soit seul ou avec l’aide d’un professionnel. Il est toutefois capital de se tenir informé de l’état du marché afin de ne pas se tromper et d'éviter les escroqueries. De nombreuses formations sont proposées dans le domaine et peuvent se révéler une aide précieuse afin d’éviter les erreurs de débutant et investir intelligemment !
Le secteur étant toujours plus attractif, les débouchés professionnels ne manquent pas non plus.
Il faut faire attention à de nombreux éléments lors de l’investissement. Il convient de choisir soigneusement la situation, l’état, le degré d’isolation thermique et le montant des charges communes du bien acquis. Par exemple, un bien plus ancien est peut-être plus intéressant à l’achat, mais peut également rapporter moins, sans oublier qu’il faudra certainement entreprendre des travaux de rénovation plus rapidement que pour un bien neuf. En outre, l’investissement dans l’immobilier neuf est la garantie de bénéficier des normes de qualité, de sécurité, d’isolation et des nouvelles évolutions techniques.
 
Investir à l’étranger
Une autre alternative est l’investissement dans une « seconde résidence ». Ainsi parmi les destinations les plus prisées se trouvent l’Espagne, le Portugal, le Maroc ou encore les États-Unis. À la suite de la crise économique, le prix d’achat pour le même genre de bien est comparativement moins cher. De plus, il est toujours possible, outre la location, de profiter de vacances dans sa propriété. Mais dans ce genre d’investissement, il faut d’autant plus faire attention aux promoteurs peu scrupuleux ou aux biens fictifs. Le régime fiscal étant souvent différent, il faut également y être attentif.
Le propriétaire doit également s’assurer de la sécurisation du bien lors des moments d’inoccupation, au risque de voir des dégradations. Il faut aussi intégrer un certain nombre de variables comme la situation géopolitique, la géographie, la proximité d’infrastructures, etc. afin de trouver le bien au meilleur rapport qualité/prix !

Partager

INSCRIVEZ-VOUS CONTACTEZ-NOUS